DAMSO VS BOOBA

DAMSO VS BOOBA

img_20170127_121137

Vous savez c’est quoi le grand problème des mecs qui n’arrêtent pas de dire « Je suis dans le truc » ?

Le problème c’est que quand on leur demande c’est quoi ce fameux « truc ».. et bien ils s’énervent mdr.
Pour certains être dans « le truc » c’est être au chômage, passer des heures en studio, à rapper des conneries au lieu de chercher du travail.. et au final faire moins de 1000 vues une fois le son sur YouTube.

Bref, croire que ça y est alors que ça n’y est pas du tout.

Pour moi être dans le truc c’était être en mission d’infiltration, quelque part à travers le monde, comme Bryan Cranston dans The Infiltrator.

image2-1

En l’occurrence là j’étais en Belgique, plus précisément à Bruxelles.

Régulièrement en studio, les yeux rivés sur les faits et gestes d’un certain « DAMSO ».

image3

Ce jour là on était Le 17 du 02 en 2017, soit 35 ans et 2 mois après la naissance de Laouni Mouhid dit « La Fouine ».

Je m’en souviens parce que depuis que Booba avait dévoilé son fichier STIC dans AC Milan, j’avais pris cette mauvaise habitude d’utiliser la date de naissance de La Fouine comme repère chronologique mdr.

Enfin tandis que Damso envoyait du feu en studio, je ressassais les souvenirs de la trame qui m’avait emmené jusqu’ici.

C’était il y a déjà 2 mois, on était dans un entrepôt mais loin d’être dans une soirée entre potes.. contrairement à ce que disait Oxmo Puccino.

img_1317

Je sirotais un thé en dialoguant avec un intermédiaire, j’aimais adopter ce flegme britannique à la Robert Downey Junior dans Sherlock Holmes.. je demandai :

-« Donc là t’es en train de me dire que Booba en personne.. Booba lui-même.. Booba himself.. veut que je me fasse passer pour un ingénieur du son à Bruxelles ? Pour espionner un rappeur qui s’appelle Damso mdr ?? »
-« Oui.. Tu peux dire Booba autant de fois que tu veux et dans toutes les langues même. Le Duc se méfie.. ce mec Damso prends de plus en plus d’ampleur »

image5

Pour aider les néophytes à situer : Depuis l’épisode Kaaris, le sein du 92i était devenu un véritable roman de contre-espionnage.

ian_fleming_logo
Booba faisait suivre tous les membres.
Surtout Siboy et Damso, qui se contentaient de faire du très bon rap et de ne se mêler de rien concernant les clashs.

Comme le faisait Kaaris jadis.

Booba avait encore en travers de la gorge le fait que son poulain sevranais se soit passé de ses services mdr.
Depuis le patron du 92i disait à qui voulait l’entendre des choses dingues du genre que « Kaaris était un traître » ou qu’il « avait quitté le bateau pirate et s’était enfui à bord d’un zodiaque »

Ce qui avait fini d’achever Booba était de voir que Kaaris sans lui, s’en sortait aussi bien que The Game quand il a quitté 50 Cent.

image7

Désormais Booba faisait preuve de la même mégalomanie que Kanye West et il envoyait régulièrement des agents superviser ses rappeurs.

Au cas où, histoire d’éteindre la mauvaise herbe dès la racine et ne plus avoir à rager sur Instagram à l’avenir.

Ce qui m’amenait ici, dans cette mission à la Jason Bourne.

7hxxzdf__400x400

Ma couverture était parfaite, j’avais adopté un look simple : petite veste en peau de pêche de la marque Sean John, lunettes à la Carapuce et sourire carnassier.

image9

Autant vous dire que j’avais le flow à DJ Battle mdr.
D’ailleurs j’ai jamais compris pourquoi on appelait ce mec DJ Battle.. ce DJ n’’avait jamais fait un seul Battle de sa vie.

Anyway.

Damso finalisait un son, il faut dire que le MC était inspiré.
Il faut savoir que Damso avait un gout prononcé pour les textes qui imagent des rapports sexuels et ça faisait longtemps qu’il recherchait une punchline bien graveleuse..

Certes il avait déjà écrit des textes profonds parlant de « glougloutage de poireau » mais il n’avait pas encore signé de chef-d’œuvre plaçant une métaphore qui représente la sodomie avec objet.

image10

Les récentes violences policières sur un jeune homme du nom de Théo étaient pour lui une occasion de faire parler toute sa finesse.

Moi personnellement j’avais un avis bien tranché sur les violences policières, déjà à l’époque Soprano avait constaté la même chose que moi dans « À La Bien »:
« Ici les flics taclent dans la surface.. mais je n’ai jamais vu de péno.. hé hoooo ! »

Les séances d’enregistrements étaient très pro, jusqu’ici ca faisait déjà des semaines que je travaillais avec Damso.
Notre complicité avait grandi et souvent on échangeait.

img_1318

Au début c’était difficile de converser avec lui mais quand tu fais abstraction des propos glauques qu’il peut tenir comme « Un cadeau empoisonné bien vendu.. une mère porteuse séropositive » ou encore « L’Amour d’une mère peut faire plus de mal que de bien.. Le Sida se transmet aussi par le sein ».. tu réalises que c’est un homme qui a la même vision futuriste et avancée sur le monde qui l’entoure que Georges Orwell.

Doublé d’un homme vraiment attachant.

Au point que j’en venais à douter du bien fondé de ma mission d’espion.

J’étais perdu dans mes pensées, surtout que notre dernière discussion m’avait fait grave réfléchir.
Damso m’avait alors demandé sur un ton solennel :

– « Dis moi la vérité rien que la vérité.. est-ce que t’aimes vraiment la meuf avec qui t’es ? Ou juste par habitude t’oses plus la quitter »

image12

Ça m’a fait cogiter parce que ça faisait 5 ans que j’étais avec ma meuf et c’était juste chiant.

De plus j’irais pas jusqu’à dire que c’est une pute, mais disons qu’elle avait goûté à tous les cocktails à part celui de Russie.

En parlant de cocktail russe..

Une explosion soudaine a interrompu mon puzzle de mots et de pensées.. et a fait voler la porte et les vitres du studio, comme dans une superproduction de Michael Bay.

image13

Nous étions tous étourdi comme Never des Never.

Parfois on vit des situations dignes d’un film d’action.. et on se demande si c’est Le 92 qui débarque ou si c’est Le GIGN.

Avec le reste de l’équipe du studio on a couru jusqu’au toit du bâtiment avec agilité, comme dans Yamakasi de Luc Besson.

Une fois sur le toit, j’étais surpris par le calme de Damso. Il me dit en me regardant avec un air livide :

-« Ça peut être n’importe qui. »
-« Comment ça n’importe qui ? T’as beaucoup d’ennemis qui font sauter des bâtiments ?? »
-« Mouais.. ça pourrait être les extrémistes qui me menacent depuis que j’ai rappé »Je te baise même si tu portes le foulard ».. ça pourrait être aussi la famille de mon ex qui s’est suicidé à cause de moi ».

Il disait des horreurs avec un tel calme, le regard impassible.. c’était époustouflant.

image14

J’ai alors sorti un sig sauer de ma poche arrière, je savais que ça pouvait surprendre.

007-logo.jpg

Tout le reste de l’équipe ont lâché un « Ouh la la laa » comme si ils faisaient partie des Fugees.

Mais tu sais comme dit Vald :

-« J’aime mon prochain mais je ne veux pas être le prochain ».

J’ai demandé à tous de rester à l’abri, puis j’ai descendu les escaliers avec prudence.. mon flingue à la main.
Putain j’avais la même élégance que Daniel Craig dans James Bond 007 : Spectre.

Entre parenthèses ce film, avant de l’avoir téléchargé, je ne comprenais pas pourquoi James Bond était aussi brutal.
Mais quand j’ai vu qu’il avait affaire à des ennemis qui n’hésitaient pas à tirer sur des Aston Martin à 8 millions de dollars et à se battre sans même prendre le temps d’enlever leurs montres hors de prix..

J’ai compris que James Bond se devait d’être impitoyable.

29F-m16 fast track form .3

Ok on revient. J’ai vérifié toutes les pièces du dessous, il n’y avait personne.. comme si c’était un fantôme qui nous avait attaqué.
Juste ce message écrit en lettres de sang sur un mur du studio :

« Trop de plombs dans l’autopsie, les MC meurent en imitant Le 92i ».

C’était mystérieux comme Never Change mdr.

Quand Damso m’a rejoint sa seule question était : Pourquoi est-ce que j’ai une arme ?

Alors je lui ai avoué que j’étais un agent double, infiltré comme Johnny Depp dans Donnie Brasco.

kinopoisk.ru

Dire qu’il avait l’air déçu serait un euphémisme, pour la première fois son visage semblait ressentir une expression humaine. Je m’en voulais :

-« Je suis désolé.. »
-« Pas plus que moi.. as-tu seulement été sincère avec moi un instant ? »
-« Oui.. quand j’ai dit que Batterie Faible c’était un putain d’album.. c’est vrai qu’il y a des grossièretés et que certains propos sont très déplacés mais merde.. je.. je.. »

img_1319

J’ai eu du mal à finir parce que la moutarde montait dans mes yeux.

La dernière fois que j’avais eu les larmes c’est quand Zorro Roronoa dans One Piece avait perdu contre Mihawk.
La goutte qui avait fait déborder le vase c’est le moment où Zorro a crié Wallah en japonais, en jurant qu’il n’allait plus jamais perdre.

image19

Après ça je quittais La Belgique le cœur lourd, je n’en avais même pas voulu à Damso quand il m’a traité de suceur en disant :

– « Et si un jour on ne m’entend plus sur les disques, ça sera à cause de ceux qui sucent, trahissent, juste pour le biff ».

Il m’avait dit Au Revoir mais il ne voulait pas du tout qu’on se revoit mdr.

Je devais à nouveau rencontrer l’intermédiaire de Booba pour lui faire un rapport détaillé.
Le hic c’est que quand je lui ai expliqué au téléphone qu’on avait été attaqué à l’explosif chez Damso, il m’a juste répondu :

-« Je sais mdr »

C’était fou, il savait depuis le début.
Il m’a expliqué calmement que c’était Booba qui avait envoyé un individu faire exploser du C4 chez Damso, apparemment le métis café crème MC capuccino n’était pas juste un criminel au M.I.C.

Apparemment c’était aussi un commanditaire d’attentat.

image20

Booba avait très mal pris cette phase précise de Damso :

« Je suis ni des leurs ni des vôtres ».

Visiblement Booba vivait dans un monde où cette phase ça voulait dire que Damso refusait catégoriquement son appartenance au 92i mdr.

Je m’avance mais je crois que ce monde se trouvait juste à côté du monde où B2o fut certain que la phase de Kaaris parlant de « Tête de Roi décapitée » + « Soleil qui s’écrase » c’était pour lui aussi.

C’est là que j’ai compris que Booba il régnait seul dans sa galaxie en despote, comme Thanos.

image21-1

Sa paranoïa avait failli me faire tuer.

Le meilleur c’est quand l’intermédiaire m’a sorti une phrase de SCH pour justifier ma mise en danger :

-« En vraie guerre on perd plus d’un soldat ».

Finalement je ne suis jamais allé au rdv avec ce fils de pute mdr.

On dirait que j’étais plus raisonnable que en colère.

Mais tu sais comme Black Kent il dit, tu connais ton Boy Black.. Yeah ! Tu connais ton Boy Black mdrr.

À la fin de cet épisode j’ai pris La N20 en enfourchant une sublime Harley Davidson de 1975, avec la ferme intention de disparaître pendant quelques temps.

image22
Les rayons d’un soleil couchant traversaient mes lunettes feutrées, je roulais cheveux au vent comme Reno Raines dans le Rebelle.

Remettant le reste à plus tard.

« Toutes les femmes ne sont pas pareilles c’est vrai.. mais Le Diable parle à travers elles de la même façon » – Damso

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s